Thaïlande

Une virée à Doi Suthep en scooter

 

Ce que j’aime dans cette vie de digital nomad, c’est que les weekends ont un bel air de vacances. Si en semaine ça bosse dur, on essaie vraiment de déconnecter le weekend pour poursuivre notre découverte de la région.

Après la journée au Lac Huay Tung Tao,  je vous propose de nous suivre pour une virée à Doi Suthep en scooter ! Nous avons choisi ce mode de transport mais il y a plein d’options pour s’y rendre. J’en profite pour faire un aparté sur les transports à Chiang Mai.

 

Nos moyens de transport à Chiang Mai

 

Dès que nous sommes arrivés dans cette ville, JM a opté pour le scooter. Il aime bien ce mode de transport et A1 adore également. Moi, je préfère me déplacer à pied mais ça limite quand même pas mal le champ des possibles. Et il faut bien admettre que jusqu’ici, les villes que nous fréquentons ne sont pas franchement faites pour les piétons ! J’aime aussi rouler en scooter, mais quand il n’y a pas beaucoup de circulation. À Chiang Mai, il y a trop de véhicules à mon goût. Je fais donc ma princesse et je me déplace en Uber ou en Songtaew !

Pour vous donner une idée, la location d’un scooter pour un mois nous a coûté 3000 baths, soit 100 baths par jour (environ 2,60€). En me déplaçant en Uber c’est en moyenne 50 bath la course, soit 100 baths pour un aller-retour. Nous sommes dans le quartier très animé de Nimann où on trouve tout ce qu’il faut. Je ne sors pas tous les jours en Uber donc c’était moins intéressant de louer un 2ème scooter. Et comme ça, c’est JM qui se charge de faire l’essentiel des courses avec son scoot’ 😉.

Doi Suthep en scooter

Je prends aussi parfois un Songtaew, un grand taxi collectif. Le prix est normalement fixe et écrit sur de la plupart des véhicules (30 baths) mais ça peut se négocier. Tu indiques au chauffeur où tu veux aller (merci Google Maps) et si ta destination est sur son chemin tu montes à l’arrière. L’inconvénient c’est que le chauffeur attend que son véhicule soit plein avant de partir. Et en se serrant bien, ce que les chauffeurs apprécient, il y a une douzaine de places.

Nous avons aussi essayé de prendre un tuk-tuk pour le fun mais les négociations étaient trop rudes, genre 5 fois le prix d’un Uber… Le fun à ses limites et nous aurons certainement d’autres occasions d’en prendre en Asie.

Voilà pour le point transport à Chiang Mai. Passons maintenant à l’exploration des temples !

 

 

Les temples de Chiang Mai

 

La ville est connue pour ses nombreux temples, il y en a plus de 300. C’est bien simple, en se promenant, dans la vieille ville notamment, on en trouve à chaque coin de rue.

Mais, pour les bouddhistes Thaïlandais, le temple le plus sacré de Chiang Mai c’est le temple Doi Suteph. Il n’est pas dans le centre mais à une quinzaine de kilomètres de là. Et pour l’occasion, j’ai loué un scooter.

 

Nomadic Bernique en scooter

N’est pas Brigitte Bardot en Harley qui veut… Vous avouerez que le masque anti-pollution n’aide pas !

 

 

Comment aller à Doi Suthep en scooter ?

 

Rejoindre Doi Suthep en scooter n’est vraiment pas compliqué mais évidemment, c’est mieux si on a déjà un peu pratiqué le deux-roues en Asie. Ici, on roule à gauche. Pas de problème pour nous qui venions de l’île Maurice où on roule aussi à l’anglaise. En quittant la ville il y a un peu de trafic mais ça se calme rapidement, le dimanche matin en tout cas. Le trajet est tout simple, se serait difficile de se perdre. C’est moi qui vous le dis donc vous pouvez me croire sur parole ! Je suis celle qui vers 9 ans s’est perdue dans son quartier. Si je me souviens bien, je suivais mon frère à pied et il m’a semé. Complètement perdue, j’ai paniqué. En pleurs, je sonne à la première porte venue. Une dame me console et appelle mes parents. Il se trouve que j’étais chez une voisine… une maison à quelques centaines de mètres de chez moi, voire quelques dizaines de mètres à vol d’oiseau 🙈. Cette anecdote sur mon sens de l’orientation sur-développé me revient trop régulièrement aux oreilles…  Bref, pour aller à Doi Suthep en scooter c’est facile, VOUS POUVEZ ME CROIRE !

Le temple est à environ 15 kilomètres de Chiang Mai sur la montagne Suthep, qui s’élève à 1676 mètres d’altitude. En quittant Chiang Mai et en suivant la route principale, nous arrivons sur une route de montagne à trois voies. La chaussée est très large et bien entretenue donc pas de frayeur avec nos scooters malgré les virages en lacet. En chemin, nous repérons un autre temple et un accès à des cascades. Ce sera pour plus tard. Pour le moment nous gardons nos forces pour les 306 marches avant l’entrée du temple.

 

 

Le temple Wat Phrathat Doi Suthep

 

De son vrai nom Wat Phrathat Doi Suthep, le temple daterait de 1383. En bas de ces 306 marches, oui, nous les avons comptés, il y a des petites filles en tenue traditionnelle. Certaines doivent avoir 4 ans tout au plus. Elles attendent un peu d’argent en échange d’une photo. Le genre de situation qui me met mal à l’aise. Elles sont certainement le gagne-pain de la famille mais seraient tellement mieux à l’école… Est-ce qu’il faut entrer dans ce jeu là pour aider la famille ? On décide que non. Je serai curieuse d’avoir votre avis là dessus…

Petites filles en tenue traditionnelle sur les marche de Doi Suthep à Chiang Mai

En montant l’escalier, je n’avais remarqué que les petites filles et sur cette photo je réalise qu’il y a aussi un homme.

 

Une fois en haut de cet escalier, l’entrée coûte 30 baths pour les étrangers (moins d’1€). Le site est très grand et avec son revêtement doré, on en prend plein les yeux. Bien sûr, on se déchausse avant d’entrer dans le temple. On croise de nombreuses statues représentant Bouddha, dont une réplique du Bouddha d’émeraude, l’une des images les plus vénérées de la Thaïlande.

Outre les nombreux touristes, il y a surtout beaucoup de thaïlandais venus se recueillir. Ils viennent prier en famille, déposer de l’encens, allumer des bougies, faire des offrandes et des dons aux moines qui sont très présents. Je pourrai passer des heures à observer tous ces petits rituels qui me sont tellement étrangers.

Bouddha à Doi Suthep à Chiang Mai prières bouddhistes au temple Doi Suthep à Chiang Mai Lanternes de Doi Suthep Extérieur du temple Doi Suthep à Chiang Mai Coeurs sous le toit du temple Doi Suthep à Chiang Mai

 

On peut circuler tout autour du temple, il y a d’ailleurs un beau point de vue sur Chiang Mai, quand la qualité de l’air est acceptable… Je vous ai dit que c’était pollué non ? Bref, on voyait nos pieds mais pas beaucoup plus loin (j’ai le sens de la mesure…).

 

Vue sur Chiang Mai polluée depuis Doi Suthep à Chiang Mai

 

Découverte de Wat Pha Lat

 

Après cette belle visite, nous enfourchons à nouveau nos scooters pour redescendre tranquillement vers Chiang Mai. Nous avons appris qu’en cette période sèche, certaines rivières sont à sec donc nous n’avons pas tenté les cascades. Mais en continuant notre route, nous tombons sur l’entrée d’un petit temple : Wat Pha Lat. Il ne paye pas de mine, surtout après l’étincelant Doi Suthep. Mais il est au cœur de la nature et surtout beaucoup moins touristique. Perdu entre les arbres et une petite rivière, l’endroit à un charme fou. J’ai aimé voir deux sites si différents ce jour-là. Le premier tourne à plein régime, et pour cause : c’est un site sacré et vraiment impressionnant. Le deuxième est plus modeste, en pleine verdure, nettement moins fréquenté (c’est même incomparable).

 

Escalier de Wat Pha Lat à Chiang Mai Temple Wat Pha Lat à Chiang Mai

 

Après un mois passé ici – oui déjà ! – nous quittons Chiang Mai direction Hanoï au Vietnam. Un pays que nous allons découvrir ! Vous connaissez ?

Tous les conseils sont les bienvenus, surtout les bonnes adresses de resto à Hanoï 😋 Et oui, gourmands un jour, gourmands toujours.

 

Cet article vous a plu ? N’hésitez pas le partager 🙂

Allez monte, je t'emmène voir le temple le plus sacré de Chiang Mai !Click To Tweet

 

You Might Also Like...

2 Comments

  • Reply
    Kitou
    26/03/2018 at 19:01

    Merci Julie pour ce voyage.
    Je vous souhaite de belles découvertes d’Hanoï (là où Jean est né) maintenant.
    Bisous
    Kitou

    • Reply
      Nomadic Bernique
      01/04/2018 at 05:36

      Merci Kitou, j’ai pensé à mes grands-parents ! C’est étrange de les imaginer ici. La ville semble déjà être dans une autre époque, alors vivre à Hanoï il y a plus de 70 ans j’ai du mal à le concevoir !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.