Bali

Tremblement de terre, tsunami, volcan… Faut-il annuler son voyage à Bali ?


Ces derniers temps, l’Indonésie a beaucoup fait parler d’elle. De l’archipel le plus grand du monde, je ne connais qu’un minuscule bout : Bali, une île parmi les 13 000 que compte ce pays et sur laquelle nous vivons depuis quelques mois.

Le Mont Agung que vous voyez sur cette photo gronde régulièrement. Résultat : des milliers de déplacés et un aéroport fermé plusieurs fois pour cause de fumée. Il y a un mois, pendant que nous fêtions mes 28 ans à Ubud (oh, à peu près, on va pas chipoter), des milliers de victimes étaient touchés par deux catastrophes : un tremblement de terre suivi d’un tsunami. Je suis de celles qui sont capables de “culpabiliser” de passer un bon moment alors que non loin de là, enfin environ 1000 km quand même, un tremblement de terre vient de toucher des milliers de gens. Je sais, je sais, que je me morfonde ou que je profite de la vie, ça ne changera rien aux évènements passés… Mais voilà, ça me touche.

 

Quand la terre tremble à Bali

Il y a eu les séismes de Lombok cet été, une autre île de l’archipel proche de Bali. Puis fin septembre, le tremblement de terre à Palu, sur la côte ouest des Célèbes, suivi d’un tsunami. Ces derniers évènements ont fait remonter les questions que je me suis posée au moment de notre retour à Bali, en août dernier. Après une pause de quelques semaines en Bretagne cet été, nous avons repris notre voyage. Nos projets pour les prochains mois étaient ici, à Bali. Nos billets d’avion avaient été pris depuis un moment et nous avions inscrit A1 à l’école pour la rentrée de septembre. Mais après le premier grand tremblement de terre fin juillet à Lombok, vous dire que j’étais complètement sereine serait mentir. Bien sûr, un séisme est totalement imprévisible. Mais l’Indonésie est sur la ceinture de feu. Les volcans et les tremblements de terre sont légions ici, mais en tant que touriste de passage pour quelques semaines, je ne m’en étais pas rendue compte. Après ces événements, je me suis demandée si nous étions inconscients de venir vivre ici en famille…

Plage d'Amed à Bali

 

Choisir de faire confiance à la vie

Je suis d’un naturel optimiste et je sais une chose : où que l’on soit, à peu près tout peut arriver à n’importe quel moment. Je ne me suis jamais dit que je n’irai jamais en vacances en Italie ou au Japon. Et pourtant, comme Bali, ce sont des régions exposées aux séismes.

Les tremblements de terre m’ont rappelé des émotions ressenties pendant les attentats de 2015 quand nous vivions à Paris. Cette période où l’insouciance nous a quitté quelque temps pour laisser place à une angoisse, là, au fond… Tapie, discrète, mais bien présente. On se sent moins serein quand des évènements si dramatiques se produisent. Ai-je pris davantage de risque en vivant plus de 15 ans à Paris ou en choisissant de vivre quelques mois à Bali ? Est-il plus probable que je meure en me prenant une noix de coco sur la tête ou dans un tremblement de terre ? Bon en fait, je n’ai aucune envie de me lancer dans ce genre de probabilité 😬

Nous avons décidé de faire confiance à la vie ! C’est un choix vraiment personnel, qui dépend du niveau d’angoisse acceptable par chacun j’imagine.

Bali et les rizières de Tegalagan

 

Le quotidien sur la ceinture de feu

Depuis que nous sommes ici, nous avons senti la terre trembler légèrement plusieurs fois. C’est vraiment étrange et déstabilisant cette sensation de perdre l’équilibre. Mais nous avons décidé de ne pas nous laisser envahir par la peur. Ça ne veut pas dire que l’angoisse ne vient pas me faire un petit coucou de temps en temps. Pour moi qui ai peur en avion, c’est un peu la même chose. Ma raison me dit qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter mais malgré tout, une petite voix à l’intérieur me rappelle que le risque zéro n’existe pas, un accident est toujours possible. Ça ne m’empêche pas de prendre l’avion, mais une fois installée sur mon siège, il y a toujours ces quelques secondes où je me refais le film de ma vie en 2-3 secondes, au cas où !
Je n’ai pas l’impression de prendre un risque inconsidéré en vivant ici mais je limite ce qui pourrait être source d’angoisse. Alors que j’aimais fréquenter un espace de coworking au 3ème étage, j’évite désormais d’y aller. Trop haut !

Et, un peu à la manière des Balinais, je m’en remet au destin : ce qui doit arriver arrivera !

 

La conception balinaise de la vie

Ici, à Bali, le hasard n’a pas sa place et j’imagine que la chance non plus. Chaque chose arrive parce qu’elle doit arriver, et le sacré joue un rôle important. À quoi bon angoisser et se polluer l’esprit avec des pensées négatives en se disant « et s’il y avait un nouveau tremblement de terre ? Et si le volcan Agung entrait en éruption ? » Pour les Balinais, quoi qu’il arrive, c’est que ça devait arriver !
D’une manière générale, ils ont une conception de la vie vraiment éloignée de la nôtre. Une des choses vraiment très différente et qui change notre rapport aux choses, c’est qu’ils n’ont pas peur de la mort. Pour eux, la vie est un cycle parmi d’autres puisqu’ils croient en la réincarnation. Les crémations ressemblent davantage à une grande fête qu’à un enterrement. Ils croient-pensent-savent (à vous de choisir) que ça ne s’arrête pas là, que la mort n’est pas une fin en soi. Ils prennent la vie comme elle vient, sont plein de gratitude envers les Dieux et essayent d’apprendre et de tirer le positif de chaque épreuve. Quoi qu’il leur arrive, ce sont les Dieux qui en ont décidé ainsi. Avec ce que ça peut avoir de positif et de négatif, bien sûr (ça pourrait faire l’objet d’un autre article..). Mais ils gardent le sourire dans toute les situations.

Balinais en prière

 

Le sourire Balinais

Le sourire balinais est un cliché mais n’est pas loin de la vérité. La colère ou l’impatience, sont des comportements mal acceptés ici, considérées comme vraiment impolis. Le sourire et le calme sont de mise, en toute circonstance. Après avoir senti la terre trembler sous nos pieds en août, j’étais angoissée pendant deux-trois jours. Les Balinais eux, continuaient à vaquer à leurs occupations tranquillement. Redoublant de prières et d’offrandes pour apaiser l’éventuelle colère des Dieux qui pourrait être à l’origine de l’évènement. Très vite, ils sont passés à autre chose et la vie a repris son cours. En fait l’angoisse est passée aussi vite qu’elle est arrivée et la quiétude semble ne jamais les avoir quittés. C’est ce calme et cette sérénité qui font l’atmosphère si particulière de cette île et qui m’a plu dès la première fois que nous sommes venus à Bali en 2015.

 

Et vous, face à ces événements, vous auriez renoncé à votre voyage ou vous vous en seriez remis au destin ?!

 

 

You Might Also Like...

No Comments

    Leave a Reply

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.