Sport et voyage

Un défi avant de partir : courir le marathon de Paris !

(Article rédigé avant le Grand départ)

S’il est une activité que j’ai l’intention de poursuivre pendant ce voyage, c’est bien la course à pied. Une paire de basket et cours Bernique, cours ! Et si j’ai très envie de vous parler du marathon de Paris sur ce blog autour du voyage, c’est qu’avant de quitter la capitale, je rêvais (secrètement) de courir le marathon de Paris. Le running c’est mon truc à moi, un sport qui fait désormais partie de mon quotidien (ou presque !). On met parfois ses activités entre parenthèse pendant un voyage-vacances, mais je vais tout faire pour garder ce loisir durant notre voyage au long court.

Il y a 3 ans, j’ai joué les supportrices sur le marathon de Paris et je suis revenue surprise d’avoir été aussi émue par ces milliers de coureurs, souvent dans la souffrance, pour aller jusqu’au bout des 42,195 km.

Dimanche dernier, mes amis m’encourageaient pour mon premier marathon!

Salon du running retrait dossard marathon de Paris 2017

Retrait du dossard au Salon du running, porte de Versailles, la veille de la course

Moi, courir le marathon de Paris ?!

Si l’idée de faire un marathon a germé dans mon esprit en 2014, c’était sans vraiment oser le formuler étant donné mon petit niveau de runneuse. Et puis, en octobre dernier, j’ai vu passer le Tweet de quelqu’un qui vendait son dossard pour le marathon de Paris. Ce qui explique que le dossard ne soit pas à mon nom (je sais c’est mal… mais c’est aussi moins cher). J’ai d’abord dit que je l’achetais pour une copine, tout en ayant à l’esprit que je pourrai peut-être le faire… ou « au pire » le revendre. Et je me suis entraînée, à peu près tout l’hiver, trois sorties par semaine.

ligne de départ marathon de Paris 2017

Le 9 avril est arrivé, j’étais prête, comme environ 50 000 coureurs, à affronter les 42,195 km qui me séparaient de la ligne d’arrivée, impatiente d’y être!

Le départ sur les Champs Élysées

Au moment du départ, même pas peur! Je crois que j’ai eu le sourire presque jusque la fin. Bon ok, on va dire jusqu’au 35ème km… Descendre l’avenue des Champs-Élysées en courant sur les pavés, c’était mémorable.

Brennignews au départ du marathon de Paris 2017

Quand je vous dis que j’ai été entourée c’est vraiment peu de le dire, j’ai eu trois accompagnateurs sur le parcours. Ils ont géré tous mes ravitos. En fait, il suffisait que je claque des doigts pour qu’ils me passent la bouteille d’eau qu’ils portaient à ma place. Ils ont même pensé au brumisateur! Merci Maumau, Seb et Sylou ? Sans vous, je pense que j’y serai arrivée aussi, mais ça aurait été tellement moins fun et tellement plus dur!

Il y avait eux, mais aussi tous ceux qui étaient là pour m’encourager sur le bord de la route, ou pour faire quelques mètres avec moi : Céline, Steph, Charlotte, Ségo, Chloé, Marvin, Olivia, Carole, Solène, Audrey. Je vous assure que ça change tout! Et j’avais besoin d’au moins tout ce monde là, car les deux hommes de ma vie étaient loin, très loin, à près de 10 000 km.

Je ne vais pas vous raconter la course kilomètre par kilomètre, ce serait trop long, on est d’accord. Mais pour résumer, je me suis sentie vraiment bien jusqu’au trentième kilomètre. Je vous ai dit qu’il faisait chaud ce jour là? Ensuite a commencé une lente descente aux enfers !

Les doutes

Mes jambes ont pesé de plus en plus lourd, au 35-37ème ma respiration a commencé à être plus difficile, puis les crampes se sont invitées, m’obligeant à m’arrêter régulièrement. J’ai tenu bon, c’était difficile, mais à aucun moment je me suis dit j’arrête, j’abandonne, ça n’était même pas une option envisageable. Je savais que je passerai la ligne, mais je n’imaginais pas mettre autant de temps! C’est le jeu, l’inconnu du premier marathon. A une centaine de mètres de l’arrivée une surprise de taille m’attendait : ma meilleure amie, qui n’en a rien à secouer du running en temps normal et que je n’attendais vraiment pas à cet endroit là. Elle a sautée par dessus les barrières de sécurité, pour me rejoindre. Je la revois courir dans une tenue pas franchement adaptée, robe et petites sandales, sur les pavés au milieu des runners au bout de leur vie. Je me moque, mais ça m’a boosté comme jamais!

Ligne d'arrivée marathon de Paris 2017

Oui, je suis débraillée et j’ai l’air béat de Gilbert Montagné, mais je suis heureuse, que voulez-vous!

Et la délivrance!

Enfin arrivée, Seb m’a mis LA médaille autour du cou. J’ai mis 5h23. Et j’en ai bavé. C’est pas fameux mais c’est tout ce dont j’étais capable. Et je suis quand même très fière de moi. Je vous ai dit qu’il faisait vraiment très chaud?

L’envers du décor

Je veux parler de l’envie de vomir après le marathon, la tête qui tourne, les douleurs aux jambes… qui sont inclus dans le package! J’ai eu une petite baisse de forme en rentrant. Voyant que j’étais blanche comme un linge, un agent de la RATP m’a gentiment proposé de m’asseoir dans un couloir du métro. Il y avait bien un pompier dans ma team mais trop pressé de boire une bière, il m’a juste refilé une pâte de fruit pour que je reprenne des couleurs. Et pendant ce temps là, certains ont profité cette petite faiblesse pour me photographier. Ah c’est beau l’amitié… Quand je pense que j’ai posé mes fesses dans les couloirs du métro parisien ?

Mais l’histoire se termine bien, j’ai très vite récupéré et, enfin, le meilleur moment est arrivé !!!

médaille du marathon de Paris 2017 avec un verre de vin

Au risque de me répéter, je n’en reviens toujours pas d’avoir été aussi soutenue, ça m’a tellement, mais tellement touchée! Et c’est ce que je retiens de ce weekend, le partage de toutes ces émotions.

Voilà, c’était mon premier marathon. 42,195 km.

J’espère vous raconter ici mes prochaines courses ailleurs qu’en France ! Et vous, courir à l’étranger, ça vous tente?

9 Comments

  • Reply
    Mondet
    12/04/2017 at 17:22

    Tu m’as mis la larme à l’œil !
    Bravo Julie !!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Bisous
    Kitou

    • Reply
      BrennigNews
      12/04/2017 at 17:28

      J’ai essayé de retranscrire ce que j’avais vécu. Si tu as la larme à l’oeil c’est réussi, car j’ai couru 42,195 km avec les larmes aux yeux! 🙂

  • Reply
    kristell doradoux
    12/04/2017 at 17:28

    Waouh, j’en ai les larmes aux yeux de te lire.
    C’est tellement motivant et énergisant ton expérience !
    Bravo, bravo, bravo !!!

    • Reply
      BrennigNews
      12/04/2017 at 17:30

      Merci Kriss, finalement c’est pas tant le marathon que l’expérience humaine que j’ai adoré!

  • Reply
    runningemotion
    12/04/2017 at 17:35

    Ça a été aussi pour moi un grand moment de partage. J’ai kiffé grave.
    Tu as fait preuve de beaucoup de courage dans l’effort et j’ai vraiment jamais douté de toi.
    A dispo pour partager une nouvelle aventure

    • Reply
      BrennigNews
      12/04/2017 at 17:39

      Merci Sylou. Mais tu es en train de me remettre la larme à l’oeil, et ça suffit maintenant ! 🙂

  • Reply
    Desperate RW
    12/04/2017 at 17:52

    J’en ai encore les poils qui se dressent. J’ai toujours cru que tu y arriverais mais ce fut un vrai bonheur d’assister à ta réussite. Quelle émotions de te voir en chier mais persévérer et finalement arriver. Merci de nous avoir faire vibrer pendant 5h23.
    Et oui, maintenant tu es MARATHONIENNE!

    • Reply
      BrennigNews
      12/04/2017 at 18:03

      Merci ma Cé !! Heureusement que vous étiez là. T’as vu, je sais faire durer le plaisir 😉

  • Reply
    Ultimate freediver
    12/04/2017 at 20:07

    Bravo ! Proud of you!gros bisous

Leave a Reply